Julie Savignac, 37 ans, est ingénieure projets au sein de la direction Recherche & Innovations d’Antea Group, une société d’ingénierie environnementale. Son travail : réduire les micropolluants présents dans la plupart des cours d’eau.

« C’est vraiment hyper enrichissant de se dire qu’on est une toute petite brique dans le domaine de l’environnement et de la santé publique. Et même si notre participation est minime, ça permet de participer à la construction de cet édifice-là. »

Plus d’informations sur : www.avenir-ingenierie.fr

Collection de podcasts financée et pilotée par Atlas selon des axes de coopération définis dans la convention signée avec le Ministère de l’Éducation Nationale et de la Jeunesse et le Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation avec le concours des fonds collectés au titre de la taxe d’apprentissage. 


Cette année, Syntec-Ingénierie a encouragé les jeunes et étudiants à concevoir un monde plus durable en mettant à profit les nouvelles technologies.
8 projets ont été sélectionnés pour la finale du Prix de l’Ingénierie du Futur qui a pour thème “Tech for good”.

À vous de départager les projets finalistes et de décerner le Prix du Public ! <<

Le Prix du Public sera remis le 15 octobre au Carreau du Temple en cérémonie plénière.

Un prix Espoirs et un prix Talents seront également décernés par un jury composé de professionnels.
L’année dernière, plus de 4 000 internautes s’étaient mobilisés.
Redécouvrez le Prix du Public 2019.

L’édition 2020 de Meet’ingé maintenue !

Au vu de l’évolution du contexte sanitaire, le forum de recrutement Meet’ingé est maintenu et aura lieu jeudi 15 octobre 2020 au Carreau du Temple à Paris – 3e arrondissement.

Des mesures renforcées de sécurité sanitaire seront mises en place afin d’accueillir les visiteurs et entreprises en toute sécurité.

L’insertion professionnelle des étudiants et jeunes diplômés est essentielle, pour leur carrière mais aussi pour la bonne santé de notre économie. Au cœur du tissu industriel, les entreprises d’ingénierie continuent, malgré la crise, de recruter de jeunes talents, en stage, apprentissage, alternance, CDD et CDI.

Découvrez les entreprises qui recrutent

Que ce soit dans le domaine industriel ou dans celui de la construction, les entreprises d’ingénierie recrutent partout en France des stagiaires, alternants et bien sûr des premiers emplois. Avec 60 000 recrutements réalisés et 91% des collaborateurs embauchés en CDI, le secteur de l’ingénieur offre des perspectives d’avenir pour les jeunes.

Rencontrez votre futur employeur !

200 professionnels issus de plus de 50 entreprises seront présents pour vous proposer leurs offres de stages, d’alternances et d’emplois.

Participez à des ateliers

Le Forum Meet’ingé c’est aussi des ateliers, pour vous !

  • un bar à CV, tenu par des experts en recrutement qui feront bénéficier les étudiants et demandeurs d’emplois de conseils personnalisés ;
  • un atelier « gestion du stress » animé par des comédiens ;
  • un studio photos, pour bénéficier d’une photo professionnelle à insérer dans son CV
  • des conférences proposées par les professionnels de l’ingénierie.

Pour plus d’informations / vous inscrire, consultez le site web dédié www.meet-inge.fr

Maria Gonzalez – 01 44 30 49 84 /  m.gonzalez@syntec-ingenierie.fr


Le point commun entre sport et ingénierie ? La recherche de la performance ! Découvrez dans notre nouvel épisode du Sens des idées le témoignage de Mounir Akbache, ingénieur chef de service dans l’aéronautique et athlète de très haut niveau. Son moteur : l’adrénaline qui accompagne tous les défis !
Mounir Akbache, 34 ans, est ingénieur chef du service Routes Essais et Matériaux à Ginger CEBTP et sportif de très haut niveau.
« Je suis un peu un chef d’orchestre. Mon rôle, c’est de faire en sorte que la machine tourne. J’adore l’aéronautique, j’adore les avions. Il y a des contraintes d’exploitation et des règles de sécurité qui sont très rigides. C’est stressant mais c’est ce qui fait que ça a son charme. Je recherche l’adrénaline, oui. »
Découvrez son témoignage :


Plus d’informations sur : www.avenir-ingenierie.fr

Collection de podcasts financée et pilotée par Atlas selon des axes de coopération définis dans la convention signée avec le Ministère de l’Education Nationale et de la Jeunesse et le Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation avec le concours des fonds collectés au titre de la taxe d’apprentissage.

PODCAST – Faire marcher des patients en situation de handicap moteur. Du rêve à la réalité, découvrez le témoignage d’Antoine Mondillon, ingénieur électronique.
Antoine Mondillon, 23 ans est ingénieur électronique à Expleo. Dans le cadre d’une mission pour Clinatec, il travaille à redonner de la mobilité à des patients tétraplégiques.
« Je travaille sur un très beau projet, très humain, très concret. Le but du projet est de redonner de la mobilité à des patients tétraplégiques. Ça fonctionne grâce à des implants qui vont capter l’activité électrique au niveau du cortex moteur afin de piloter un exosquelette. La 1re fois que l’exosquelette a marché, c’était un peu comme le premier pas sur la lune d’Armstrong. »
Ecouter le podcast.


Tom Lerouge est directeur de l’Innovation et du développement du groupe Edeis. Dans la lutte contre la propagation du Covid-19, Tom et d’autres ingénieurs de son équipe souhaitent créer un système d’aide à la respiration utilisable tout de suite et par tout le monde. L’objectif : prendre en charge les malades à un stade intermédiaire et désengorger les hôpitaux.

« Aujourd’hui, les entreprises se doivent d’être solidaires et mobilisées. Dans les grandes difficultés, il y a toujours des belles choses qui ressortent. Aider son prochain est l’une des choses les plus importantes qui existent. Quand le projet a commencé a naître, j’ai voulu m’y consacrer à 100% et je me suis promis qu’il fallait que ça sorte et rapidement. »
Découvrez son témoignage.


Face à l’épidémie de Covid-19, l’ingénierie se mobilise et les ingénieurs s’engagent!
Bastien Ringès est ingénieur en énergétique et fluides dans le domaine du bâtiment pour le groupe d’ingénierie EKIUM.
Dans la lutte contre la propagation du Covid-19, Bastien souhaite se rendre utile. Il lance l’antenne « Visières solidaires » dans la région de Marseille. L’objectif : imprimer en 3D des visières de protection et les fournir aux personnels soignants mais aussi à toutes les professions qui en ont besoin.
« Je me suis demandé depuis le début du confinement comment je pouvais être le plus utile possible. Je me suis rarement senti aussi utile et à ma place dans ma vie. C’est vraiment quelque chose dont je suis fier. »
Découvrez son témoignage et son parcours sans plus tarder.

Plus d’informations sur : www.avenir-ingenierie.fr
Collection de podcasts financée et pilotée par Atlas selon des axes de coopération définis dans la convention signée avec le Ministère de l’Education Nationale et de la Jeunesse et le Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation avec le concours des fonds collectés au titre de la taxe d’apprentissage.

Du simple immeuble au bâtiment autosuffisant en passant par les aéroports, les hôpitaux, les autoroutes… que fait un ingénieur dans la construction ? A quel moment intervient-il ? Quel est son rôle ? Ses compétences ? Avec qui travaille-t-il ?

Découvrez-le à travers cette courte vidéo.

&nbsp;


Aujourd’hui, seul 1 ingénieur sur 3 est une femme, alors qu’on compte 50% de jeunes filles en filière scientifique.

A l’heure où le gouvernement a fait de l’égalité femmes-hommes la grande cause du quinquennat, et où l’ingénierie est identifiée comme l’un des secteurs d’avenir dans lequel les femmes sont sous-représentées, nous vous invitons à vous manifester le 8 mars en faveur de l’égalité femmes-hommes dans l’ingénierie via le hashtag #IngéEgalité.

Homme, femme, étudiant, déjà en activité… nous sommes tous concernés ! Ensemble, mobilisons-nous pour la Journée Internationale des Droits des femmes à travers #IngéEgalité :

  • Valorisons les ingénieures, techniciennes… toutes les femmes étudiantes ou qui travaillent dans l’ingénierie !
  • Valorisons l’utilité sociétale et environnementale des projets d’ingénierie !
  • Valorisons les politiques RH des entreprises de la branche en faveur de l’égalité, de l’inclusion et de la parité !
  • Portons nos messages, propositions !

Comment participer ?

>>Consultez notre guide explicatif.<<

En résumé :

1. D’ici le 8 mars : faites connaître la campagne à votre entourage/réseau ! Nous vous proposons une signature mail et un bandeau pour les RS.

2. Le 8 mars, faites des publications sur les réseaux sociaux utilisant #IngéEgalité

Plusieurs possibilités :

  • Vous savez déjà ce que vous voulez publier (articles, photos, citations, vidéos…) > publiez-les le 8 mars sur les réseaux sociaux avec le hashtag #IngéEgalité

et/ou

Les éditions précédentes ont connu un vif succès avec plus de 1 000 publications sur les réseaux sociaux. Cette année encore, à vous de jouer ! Attention, le 8 mars 2020 tombe un dimanche… Pensez à programmer vos publications.

RDV le 8 mars et d’ici là, faites passer le message autour de vous !

Merci à tous et à bientôt !

Pour plus d’informations : Lauriane Ghnassia / l.ghnassia@syntec-ingenierie.fr


« Envie d’agir pour la planète ? Inventez des solutions technologiques qui répondent à l’urgence climatique ! » Pour répondre au défi lancé par Syntec-Ingénierie, les étudiants de France n’ont pas manqué d’idées ! Leur point commun ? Les étudiants valorisent des sources d’énergie inexploitées : air, bruit, vent, soleil…

Découvrez en vidéos les lauréats 2019 de ce concours étudiants organisé depuis 2006 en partenariat avec les ministères de l’Économie et des finances ; et de la Transition écologique et solidaire, dans l’objectif de donner un coup d’accélérateur aux talents de demain.

Prix Espoirs : un oasis urbain pour arrêter l’avancée du désert

Comment lutter contre l’avancée massive du désert en Afrique ? Nicolas Agache, Mélissa Lefèvre et Arnold Fotso, étudiants en ingénierie mécanique et en génie urbain à l’UTC – Université Technologique de Compiègne – ont imaginé un concept global baptisé « Un oasis urbain au sein du désert africain ». L’équipe propose de positionner un condenseur au sommet des dunes pour récupérer l’humidité présente dans l’air et la valoriser en eau. Pour ce faire, le dôme présente une surface hydrophile, inspirée de la carapace d’un scarabée endémique. L’eau est ensuite acheminée via des tuyaux en PVC vers une cuve de stockage, garantissant ainsi un accès continu en eau potable.

Deuxième pan du projet : l’équipe propose de collecter l’urine pour fournir une source d’engrais intarissable et augmenter le rendement des parcelles agricoles. Conçu à partir de matériaux locaux, le projet se veut low tech, duplicable et utilisable directement par les populations locales.

Lire le dossier complet.

Prix Talents : les Innov’Arts convertissent le bruit en énergie !

« Faites du bruit pour faire vibrer notre projet ! » Voici le cri du cœur de Jérémie Coste, Ludovic Ricôme, Julie Nadal et Mélanie Saint-Denis, jeunes ingénieurs qui ont décidé d’utiliser une source d’énergie inexploitée : le bruit. L’équipe, surnommée Les Innov’Arts, entend valoriser les nuisances sonores générées par les aéroports ou les autoroutes pour chauffer et éclairer les foyers. Concrètement, les 4 amis proposent de disposer le long des pistes d’atterrissage ou des routes encombrées des patchs piézoélectriques. En vibrant, ce matériau produit un champ électrique qui peut être converti en électricité. Selon leurs simulations, 70 000 plaques d’environ 100 cm3 déployées le long d’une piste de l’aéroport Charles de Gaulle permettraient de générer 200 MWh d’énergie, soit la consommation de 50 foyers français. Une solution astucieuse pour convertir une nuisance en profit !

En fin d’études ou récemment diplômés de Centrale Supélec, Arts et métiers et de l’Essec, les ingénieurs ont l’ambition de chercher des investisseurs pour réaliser un prototype en conditions réelles. Une première étape vers l’industrialisation de leur solution et pourquoi pas, à terme, la création de leur start-up.

Lire le dossier complet.

Prix du Public : un éco-quartier africain low tech et facilement reproductible

Plébiscité par le public, Smart Green Village est un concept global, low tech et facilement reproductible d’éco-quartier africain. Conçu par Serge N’Da Kra, Julien Dassing, Sosthène N’Guessan et Michel Ibarrondau, le projet ambitionne d’apporter une réponse simple aux différentes problématiques rencontrées par les populations locales sur le continent africain. L’accès à l’électricité, tout d’abord. Les étudiants, en dernière année à Polytech Annecy-Chambéry, proposent d’installer des panneaux solaires afin d’alimenter un stockage électrique et un stockage thermique. Une solution simple pour palier l’intermittence de la ressource et fournir de l’éclairage en continu aux ménages. Une énergie qui servirait également à réfrigérer des locaux de stockage de denrées alimentaires. Enfin, l’équipe a imaginé un tricycle solaire avec batteries qui permettrait aux habitants de se déplacer et d’assurer un transport réfrigéré de la nourriture.

Un projet global, que l’équipe souhaite implanter dès 2021 dans un village africain pionnier.

Lire le dossier complet.

Prix Coup de cœur : EOL’UT, l’éolienne qui rend les bâtiments autosuffisants

Tirer profit d’une ressource inexploitée pour concevoir des bâtiments autosuffisants… voici le pari relevé par Etienne Derouineau, Arthur Michard, Eliot Zarosinski et Fabien Lefebvre. Les 4 étudiants en ingénierie des systèmes urbains à l’UTC – Université Technologique de Compiègne – ont mis au point un concept éolien d’un genre nouveau. Baptisé EOL’UT, le projet consiste à utiliser le vent pour alimenter les bâtiments urbains en énergie. Directement intégrées dans la façade des bâtiments, les éoliennes à axe vertical sont cachées par un système de volet et de plan incliné. Un système astucieux qui permet de répondre aux contraintes urbanistiques sans générer de nuisances annexes (visuelles ou sonores).

Alors que les bâtiments représentent aujourd’hui le 1er poste de consommation énergétique en France, avec EOL’UT, les 4 étudiants proposent une alternative vertueuse et facilement reproductible pour produire de l’énergie locale et rendre les constructions autosuffisantes. La prochaine étape pour l’équipe ? Concevoir un prototype et le présenter aux acteurs du BTP, immobiliers ainsi qu’aux collectivités territoriales.

Lire le dossier complet.

 

Plus d’informations : Lauriane Ghnassia / l.ghnassia@syntec-ingenierie.fr